Test Assassin’s Creed Valhalla : La Colère Des Druides – Un voyage aller retour en Irlande

Test : Assassin’s Creed Valhalla : La Colère des Druides

Test : Assassin’s Creed Valhalla : La Colère des Druides

Assassins-Creed-Valhalla-dlc-la-colère-des-druides-dates-trophées-liste-guide
Assassins-Creed-Valhalla_la-colère-des-druides-dlc-trophees-succes-liste

Test de Assassin’s Creed Valhalla : La Colère des Druides

snir

12/20

L'avis de SNIR

Ce premier DLC d’Assassin’s Creed Valhalla peine à accomplir toutes les promesses, l’Irlande rempli de son rôle d’open-world très bien construit et fort joli, mais sont contenu ne parviens pas à en faire un DLC satisfaisant. Le manque de liens avec le jeu principal se fait cruellement sentir, et le scénario n’est que très vite oubliable dès notre retour en Angleterre. Il y avait pourtant de très bonnes idées comme le commerce ou la création d’un nouveau groupe maléfique. Mais malheureusement, ni les Druides, les Enfants de Danu ou le commerce de Dublin, seule ville de DLC, n’ont suffisamment été développé et tous cela reste en surface pour la trop courte durée de vie du titre. Le sentiment d’avoir acheté un pack d’arme ou d’armure est présent, et il est important de ne pas encourager ce genre de pratique de la part d’Ubisoft, qui doit prendre le temps de soigner ses contenus pour offrir une vraie expérience à nous les joueurs.

Le test :

Partager le test :

Un peu plus de six mois seulement après la sortie de l’excellent Assassin’s Creed Valhalla, et après plusieurs mises à jour de contenu gratuit, le premier DLC nommé : La colère des druides arrive. Eivor reprend alors du service, et parts du côté de l’Irlande, à quelques coups de rames de Ravensthrope pour retrouver son cousin, Barid, devenu roi de la province de Dublin.

Très bon DLC à faire absolument, ou coquille vide ? La réponse dans ce test .

Ce test est sans spoil sur le scénario, mais il est impossible de donner un avis complet sans évoquer certains passages du jeu, soyez en conscient.

L’aventure commence avec Azar, qui viendra vous chercher directement en Angleterre pour entreprendre le voyage avec vous, dès votre arrivée, vous ferez la découverte de la ville de Dublin, qui sera la seule et unique ville de ce DLC… Et c’est bien dommage. 

Comme bien souvent, la situation de l’endroit laisse à désirer, et on compte une nouvelle fois sur vous pour tout remettre en ordre. Dans vos projets, faire de Dublin une ville portuaire et une destination incontournable du commerce mondiale, éliminé les membres des Enfants de Danu et mettre fin à la corruption des différents rois d’Irlande. Rien que ça.

De bien nombreuses tâches, qui seront au final bien vite expédié, malgré ce qu’on pouvait penser, La colère des druides n’est que pauvre en contenu, et une dizaine d’heures suffiront pour tout accomplir.

L’histoire commence plutôt bien, avec la découverte des différents personnages qui gravite autour d’Eivor, seul Viking de l’histoire et qui se sent bien seul. Même son cousin aura fini par mettre son passé de côté pour mieux s’intégrer. Vous rencontrerez alors Flann, et Ciara, deux personnages plutôt bien écrits et intéressants, mais ce n’est pas le cas de tout le monde.

Malheureusement, le titre souffre d’un manque d’originalité et d’inspiration, avec des personnages secondaires ridicules, et d’autres terriblement prévisibles. Un peu plus de subtilité et d’aventure dans l’écriture auraient été appréciables.

Cependant, l’histoire se met bien en place, mais accélère tout à coup à la fin du scénario, pour conclure l’acte à une vitesse folle. On aurait bien pris quelques heures de plus à creuser les personnages et à ajouter quelques enjeux.

Particulièrement avec le personnage de Ciara, avec qui vous aurez également la possibilité de créer une romance, un point cher à Ubisoft, mais à force de laisse la possibilité de créer des relations avec tout le monde, ça en devient un peu ridicule. Eivor n’est pas un personnage de téléréalité, laissez-le tranquille.

Ce DLC finira tout de même en beauté, avec un beau combat de boss et un choix final à double embranchement, qui n’aura pas d’impact particulier si ce n’est votre choix moral.

Vous aurez l’occasion de découvrir les paysages d’Irlande à travers vos divers trajets entre les quêtes ou pour votre 100%, un peu plus en relief que l’Angleterre, vous verrez de grandes falaises ou encore des places-fortes perchées en haut de montagnes. Ubisoft sait faire des open-world, et le montre une nouvelle fois.

Cependant, comment combler ce grand territoire composé de 4 régions : Dublin, Midhe, Connacht et Ulster ?

Les développeurs se sont sûrement posé la même question, sans malheureusement arriver à régler le problème.

En dehors de Dublin, une ville plutôt bien construite, la totalité du reste de la map n’est constitué que de camps ennemis qui se ressemblent, d’abbayes à piller, forçant un peu trop sur le recyclage de bâtiments et qui perdent tout intérêt.

Bien entendu, tout un tas de petits points à découvrir et à récolter son également présent. Des richesses pour obtenir des ressources, des armes ou des armures, des artefacts ou encore des mystères.

Et si les deux premiers points sont toujours aussi sympathiques et agréables à récupérer, se creuser la tête pour ouvrir une porte ou trouver une clé pour atteindre un coffre ou un objet fait toujours mouche.

Mais difficile d’en dire autour pour les mystères. Nous avions pris l’habitude de rencontrer de nombreux personnages loufoques et rigolos dans le jeu principal. Les mystères agissant comme de mini quêtes secondaires, ici il n’en n’est rien ! 

Les mystères seront tous aussi inintéressants les uns que les autres, à base d’autels qui vous demandent de ramasser un nombre de poissons ou de ressources, d’épreuves à vague d’ennemis ou encore de cairn.

Une perte bien malheureuse qui rend ce joli monde d’Irlande un peu plus vide, et le 100% un peu ennuyant.

Les pièces Ui Neill, portant un nom attirant, auraient pu nous entraîner vers des secrets et des cryptes à explorer, mais non, ici, il ne s’agira que de 5 masques à récupérer facilement, et de quelques cartes au trésor à résoudre rapidement.

Décidément, dans ce DLC, il en manque. Et ce n’est pas fini.

La colère des druides, vous annonce dans son propre nom l’arrivée de nouveaux ennemis : les druides, reliés également aux Enfant de Danu, la nouvelle force du mal de ce contenu additionnel.

Les druides sont des ennemis un peu particuliers, qui vivent dans des camps remplis de loups, et qui utilisent du gaz hallucinogène pour vous combattre.

Ce gaz viendra brouiller votre écran durant les combats tout au long de votre jeu, ce qui n’est pas vraiment agréable, les loups garou font partie des ajouts intéressants, mais n’apporte pas vraiment de difficulté au niveau du combat. 

Durant l’histoire, on vous parle d’une créature mystique, qui peut prendre différentes formes, vous la voyez une fois, puis n’entendrez plus jamais parler d’elle. Encore un point qui aurait dû être développé davantage. 

Et les enfants de Danu alors ? Ils ne sont au final ni plus ni moins que des membres de l’ordre, à traquer de la même façon que dans le jeu principal, et leur appartenance à ce mouvement nouveau n’apporte rien, c’est assez frustrant après autant d’attente, une vraie secte avec un pouvoir annexe aurait pu être implémentée pour notre plus grande curiosité, il n’en sera rien.

Après le combat, revenons un peu sur la défense. L’un de vos objectifs est d’améliorer la ville de Dublin, principalement en récupérant des ressources.

Pour ça, vous devez fouiller des coffres, tuer des ennemis et plus principalement : prendre des Comptoirs marchands. De petites forteresses rondes, presque à l’abandon, dans lesquelles sont présents une petite dizaine d’ennemis. Une fois nettoyée, vous devrez chercher l’acte de propriété un peu plus loin affiché par une quête, pour revenir officialiser tout ça et le tour est joué.

Ensuite ? Il vous suffira d’attendre le temps que les ressources arrivent, minutes après minutes, vous pouvez poser la manette et vous prendre un café, tout en pensant à tout ce qui aurait pu être fait avec ce système de commerce.

L’idée était géniale, et si nous avions pu avoir une fonctionnalité au niveau de ce que nous a déjà proposé Assassin’s Creed par le passé, cela aurait pu être une vraie réussite.

Avec des ressources un peu plus dures à avoir, et demandant une vraie gestion, ou encore de vrais choix sur la gestion de nos marchandises, comme une destination d’envois ou encore un temps de voyage et de retour des bateaux.

Tout ça aurait donné vie et du sens au commerce. Ici, simplement attendre et de cliquer sur des cadres pour remplir des objectifs est d’un ennui profond, un vrai gâchis de fonctionnalité.

Améliorer Dublin dans son intégralité, et finaliser toutes les régions à 100% vous permettra de débloquer de nouveaux éléments esthétiques, comme de nombreuses armures aux formes et couleurs variées, ou encore un skin pour votre bateau.

De nouvelles armes sont également présentes, comme les faucilles ou encore une lance légendaire unique.

Cependant, tous ces ajouts plutôt agréables ne suffisent pas à justifier le prix de ce DLC, après nos 15 petites heures passées en Irlande, nous revenons en Angleterre, avec seulement quelques éléments nouveaux et une ou deux armes en poches.

Et le sentiment d’avoir simplement acheté un pack d’éléments visuels se fait ressentir… Et ça fait un peu mal. L’histoire du DLC facilement oubliable et le manque de liens importants avec le jeu principal nous font regretter notre investissement.

Difficile alors de ne pas être critique sur ce DLC, qui avait pourtant énormément de bonnes idées comme les commerces ou le développement d’un nouveau mouvement ennemi, mais qui ne termine et n’exploite pas ses idées suffisamment pour que l’expérience soit au rendez-vous. Il est important de ne pas encourager ce genre de pratique de la part d’Ubisoft, qui doit prendre le temps de soigner ses contenus, pour satisfaire les joueurs, et alors nous seront très heureux de continuer cette aventure. 

Note et conclusion

Ce premier DLC d’Assassin’s Creed Valhalla peine à accomplir toutes les promesses, l’Irlande rempli de son rôle d’open-world très bien construit et fort joli, mais sont contenu ne parviens pas à en faire un DLC satisfaisant. Le manque de liens avec le jeu principal se fait cruellement sentir, et le scénario n’est que très vite oubliable dès notre retour en Angleterre. Il y avait pourtant de très bonnes idées comme le commerce ou la création d’un nouveau groupe maléfique. Mais malheureusement, ni les Druides, les Enfants de Danu ou le commerce de Dublin, seule ville de DLC, n’ont suffisamment été développé et tous cela reste en surface pour la trop courte durée de vie du titre. Le sentiment d’avoir acheté un pack d’arme ou d’armure est présent, et il est important de ne pas encourager ce genre de pratique de la part d’Ubisoft, qui doit prendre le temps de soigner ses contenus pour offrir une vraie expérience à nous les joueurs.

snir

L'avis de SNIR

12/20

Partager le test :

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments