Test Ghost Of Tsushima Director’s Cut – En route pour l’île d’Iki

Test : Ghost Of Tsushima Director's Cut

Test : Ghost Of Tsushima Director's Cut

ghost-of-tsushima-ps4
ghost-of-tsushima-test-avis-fr-4

Menu Ghost Of Tsushima

Test de Ghost Of Tsushima Director's Cut

snir

15/20*

L'avis de SNIR

*Important : ce test concerne uniquement les ajouts de la Director’s Cut, vu comme un DLC et pas le jeu complet. Pour avis complet sur Ghost Of Tsushima rendez-vous sur notre test de Ghost Of Tsushima

La director’s cut de Ghost of Tsushima nous offre une possibilité de continuer un peu plus l’incroyable aventure déjà offerte par le jeu de base, en allant fouiller un peu plus dans le souvenir de Jin, en creusant la relation avec son père, mais pas que. Une histoire très bien écrite et intéressante qui sert l’histoire principale, mais qui reste très courte, trop courte.

Ainsi, cette nouvelle version de jeu apporte un contenu intéressant, mais peut être un peu faible par rapport au prix proposé. Il ne fait aucun doute que les nouveaux joueurs n’ayant encore eus la chance de découvrir l’univers de Ghost Of Tsushima y trouveront leur compte, ce qui sera sans doute moins vrai pour les actuels possesseurs de la version de base. 

L’amélioration 4k 60FPS sur PS5 fait plaisir, en ajoutant un peu de fluidité et en affinant les détails, mais qui peine à justifier son prix de 10€ uniquement pour ça. L’île d’Iki à de très bonnes choses à offrir, et les nouveautés de gameplay font plaisir, loin d’être indispensable, ce contenu supplémentaire est à privilégier par les fans absolus du titre, qui ont adoré chaque minute passée sur le jeu principal, pour les autres, le prix n’en vaut peut-être pas la chandelle. 

Le test :

Partager le test :

Un peu plus d’un an après son arrivée en exclusivité sur PS4, Ghost Of Tsushima : dernier-né du studio SuckerPunch, arrive sur PS5 dans une version Director’s Cut.

Également disponible sur PS4, cette nouvelle version du jeu apporte plusieurs nouveautés autant sur les graphismes (pour la version PS5), que sur le contenu ou même sur le gameplay.

C’est alors une nouvelle aventure que ce jeu vous propose de vivre, en reprenant le contrôle de Jin Sakai, en route pour l’île d’Iki et en quête de nouveaux coups de sabre à donner.

Nous allons faire le point sur les ajouts de cette nouvelle version, que l’on traitera comme un DLC, et d’y voir un peu plus clair à travers les nombreuses versions de la Director’s cut, que ce soit sur PS5 ou PS4.

Important : ce test porte uniquement sur les ajouts de la Director’s Cut par rapport au jeu de base, si vous souhaitez voir un avis complet sur l’histoire principale et le jeu d’origine :

Voir le test de Ghost Of Tsushima

Ce test est sans spoil sur le scénario, mais il est impossible de donner un avis complet sans évoquer certains passages du jeu, soyez en conscient.

La director’s cut c’est quoi exactement ?

De base, c’est l’adaptation PS5 de Ghost of Tsushima, avec une amélioration graphique, cependant, cette version n’arrive pas seule. Avec l’ajout d’un DLC : l’île d’Iki, quelques changements de gameplay et l’ajout du mode Legende : le mode multijoueur.

C’est pour ces nombreux ajouts que la Director’s cut est également disponible sur PS4.

Le nombre de versions et de prix est même un plus grand que ça, voilà un récapitulatif pour y voir plus clair :

Si vous n’avez pas encore Ghost Of Tsuhsima, la Director’s Cut complète sera proposé au prix de : 79,99 € sur PS5 et à 69,99 € sur PS4

Si vous avez déjà Ghost Of Tsushima sur PS4, l’upgrade Director’s Cut sera proposé au prix de : 19,99€ pour la version PS4 et 29€99 pour la version PS5 (avec les améliorations graphiques donc)

Ainsi, vous l’avez compris, l’upgrade PS5 sera facturé 10€…

Arnaque ou mise à jour à ne pas maquer ? La réponse dans ce test !

Ce DLC sera accessible assez rapidement après le début du jeu principal, ou à la fin de celui-ci. Une nouvelle quête fera son apparition sur la carte, en vous proposant un petit voyage dans le passé. Car c’est bel et bien ici, le sujet de cette histoire annexe. 

L’île d’Iki ne vous est pas totalement inconnue, puisqu’elle joue un rôle particulièrement important dans votre histoire, votre passé et celui de votre famille. Votre père est aller sur l’île pour essayer de la pacifier des nombreux pillards et rebelles qui l’habitaient, mais de façon plutôt violente, réduisant alors la popularité de votre nom à néant…

Une approche intéressante, qui creusera une partie secondaire de l’histoire du jeu principal, en développant les souvenirs de Jin, et la relation qu’il avait avec son père.

Mais au fait, pourquoi y retourner ?

Très rapidement au début de cette nouvelle aventure, que vous ferez connaissance avec un nouveau nom : l’Aigle, votre nouvel ennemi, venu sur vos terres, à Tsushima pour piller et tuer des villageois. La tranquillité de votre empire étant menacé, vous vous décidez à contre-attaquer !

Vous voilà partie en bateau, sur l’île d’Iki, à la découverte de nouveaux personnages, de nouveaux environnements et des petits secrets cachés sur cette nouvelle carte.

Une fois de plus Ghost of tsushima montre de quoi il est capable, avec des environnements construits de la même façon que l’île principale : des biomes à l’ambiance et l’aspect très différents, toujours ultra coloré et saturé et avec des transitions parfaites. 

Vous vous retrouverez alors à explorer des champs de fleurs, des montagnes ou des forêt différentes de ce qu’on avait pu voir dans le jeu de base, mais toujours autant appréciable ! L’eau turquoise et les falaises blanches faisant aussi un très bel effet.

L’apparition du 4K 60Fps sur la version PS5 ravira les possesseur des plus beaux écrans, sans pour autant métamorphoser le jeu, c’est surtout la fluidité des 60pfs qui se fera apprécier. Cependant, difficile de justifier un prix de 10€ pour ça, la pilule ne passe pas…

Plus impression encore : les temps de chargement. Sur PS5 c’est absolument INCROYABLE ! Du jamais-vu ! 2 secondes pour aller l’autre bout de la carte, et charger tous les éléments de ces environnements ultra détaillés, une performance à souligner !

Après avoir passé de nombreuses minutes la tête levée pour admirer le paysage, il faudra aussi penser à regarder là où vous marcher, car ici aussi, de nombreux points à découvrir s’offrent à vous, et seront nécessaires pour accomplir le 100% de cette nouvelle île et débloquer les nouveaux trophées.

Éliminez les 5 camps ennemis dans un premier temps, car une fois cela fait, tous les points importants s’afficheront sur la carte. Vous retrouverez les classiques bambous à couper ou encore sources chaudes disponibles dans le jeu principal, mais également quelques nouveautés !

Les sanctuaires de renards deviendront des chats ou des cerfs ou même encore des singes, avec un nouveau mini-jeu à la flute en mode jeu de rythme.

D’autres points moins intéressants comme les défis à l’arc sont apparus en nombre, apportant un aspect remplissage qu’on avait encore jamais vu dans Ghost Of Tsushima, ce qui est un peu dommage, il y avait très largement de quoi ajouter d’autres points intéressants plutôt que ce genre de défi bête et répétitif.

Entre deux ou trois phases d’exploration, souvent précédés d’un animal qui viendra vous montrer le chemin, il faudra avancer dans la quête majeure de votre venue sur l’île d’Iki : trouver l’Aigle. Ce qui ne sera pas de tout repos, et qui finira par un peu chambouler votre jeu, notamment à cause de l’apparition de visions.

Ces visions, dont on ne vous révélera pas la cause, s’intensifieront au fur et à mesure de votre progression, en commençant par des petites voix, à des hallucination totales. Ce genre d’hallucination, cela fait bien longtemps que l’on en voit apparaître dans les jeux vidéo : Far CryAssassin’s Creedect… Ils sont tous coutumiers du fait, un choix que j’ai personnellement toujours trouvé discutable, par la construction, et même par la narration. 

Il en résulte des moments peu agréables et un peu malaisants. Et il faudra s’y habituer, car elles vous accompagneront jusqu’à la fin. 

Cependant, elles seront là pour servir l’histoire, et apportent un détail important à la narration, en essayant d’attiser votre haine.

Cette aventure, bien écrite de toute part, développe un côté très intéressant de l’histoire de Jin, avec la relation avec son père, un aspect creusé encore un peu plus, à travers différents endroits à découvrir appelés : souvenirs qui vous proposent de revivre un flash-back de Jin, plus jeune, dans les traces de son père pendant l’invasion de l’île d’Iki.

À côté de ça, la relation que l’on développe avec les bandits qui vivent sur l’île, autres fois ennemies du clan Sakaï, construit un équilibre bien dosé entre amitié et crainte dans une VF toujours aussi impeccable. 

Un moment qu’on aurait voulu voir durée encore un peu plus longtemps, car il faut le dire : c’est court ! Très court !

Comptez une durée de vie de 4 à 5 heures pour l’histoire principale de l’île d’Iki, et le double pour effectuer le 100%. Un manque cruel de contenue face au prix du DLC, surtout pour ceux qui auront fait le choix de la version PS5.

La Director’s Cut verra aussi arriver quelques ajouts et modifications de gameplay, pour la plupart, déployés dans une mise à jour gratuite pour les versions de base du jeu. C’est par exemple le cas de la possibilité de verrouiller les ennemis. Ce qui n’était pas le cas avant.

À présent, vous pourrez appuyer sur haut fleche pour fixer une cible et faire en sorte que la caméra tourne automatiquement autour de l’ennemi, un ajout fort appréciable, qui modifie un peu le gameplay imaginer de base, mais qui enlève une bonne dose de frustration qui pouvait apparaître à force de taper à côté, ou à galérer à tourner la caméra.

On notera également l’apparition d’une charge à cheval, pour tuer ou affaiblir les ennemis avant d’y aller au katana, ce qui épuisera vos barres d’énergies.

Ce DLC ajoutera également une armure pour votre cheval, à débloquer dans un récit mythique, qui le renforcera et lui donnera un style plutôt sympa.

Dernier changement notable, l’apparition d’un nouveau type d’ennemi : les chamans.

Ils resteront à l’écart du combat, pour effectuer des incantations, ce qui aura pour but de renforcer les défenses de tous les autres ennemis de la zone. Ce qui sera particulièrement pénible ! 

Vous forçant à arrêter ce que vous faites, pour prendre quelques secondes pour chercher le chamanes, le tuer, et ainsi reprendre votre combat, sous peine sinon, de passer de très nombreuses minutes supplémentaires pour éliminer tout le monde. 

Ce qui n’est franchement pas un choix judicieux, car au final, à chaque début de combat, on se met à ignorer les ennemis et à courir un peu partout pour essayer de trouver le chaman. Ce qui casse franchement l’immersion ! 

Un concept qui aurait pu être bien mieux équilibré si l’élimination de ce chaman n’était pas systématique à chaque combat, ou s’il était bien plus facile et accessible de le mettre hors d’état.

On aurait aussi apprécié un peu plus de différences sur les ennemis, l’île d’Iki nous était annoncée comme peuplée de pirates, rebelles et autres bandits, on aurait aimé se confronter à ce genre de troupe un peu différente et pas à des soldats très semblables à ceux de l’histoire principale.

Note et conclusion

*Important : ce test concerne uniquement les ajouts de la Director’s Cut, vu comme un DLC et pas le jeu complet. Pour avis complet sur Ghost Of Tsushima rendez-vous sur notre test de Ghost Of Tsushima

La director’s cut de Ghost of Tsushima nous offre une possibilité de continuer un peu plus l’incroyable aventure déjà offerte par le jeu de base, en allant fouiller un peu plus dans le souvenir de Jin, en creusant la relation avec son père, mais pas que. Une histoire très bien écrite et intéressante qui sert l’histoire principale, mais qui reste très courte, trop courte.

Ainsi, cette nouvelle version de jeu apporte un contenu intéressant, mais peut être un peu faible par rapport au prix proposé. Il ne fait aucun doute que les nouveaux joueurs n’ayant encore eus la chance de découvrir l’univers de Ghost Of Tsushima y trouveront leur compte, ce qui sera sans doute moins vrai pour les actuels possesseurs de la version de base. 

L’amélioration 4k 60FPS sur PS5 fait plaisir, en ajoutant un peu de fluidité et en affinant les détails, mais qui peine à justifier son prix de 10€ uniquement pour ça. L’île d’Iki à de très bonnes choses à offrir, et les nouveautés de gameplay font plaisir, loin d’être indispensable, ce contenu supplémentaire est à privilégier par les fans absolus du titre, qui ont adoré chaque minute passée sur le jeu principal, pour les autres, le prix n’en vaut peut-être pas la chandelle. 

snir

L'avis de SNIR

15/20

Partager le test :

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments