Test Kena : Bridge Of Spirits – Une incroyable aventure

Test : Kena : Bridge Of Spirits

Test : Kena : Bridge Of Spirits

kena-bridge-of-spirits-jaquette-precommande
kena-bridge-of-spirits-ps5-ps4-pc

Menu Test : Kena : Bridge Of Spirits

Test de Test : Kena : Bridge Of Spirits

snir

18/20

L'avis de SNIR

Kena Bridge Of Spirits est une aventure à ne surtout pas manquer ! Ember Lab fait une entrée triomphale dans le domaine du jeu vidéo, en offrant une aventure narrative d’exception, mais surtout un jeu complet et très bien pensé.

À première vue, Kena ressemble à un petit jeu, rempli de créatures mignonnes appelée   « Rot », dans lequel on peut passer des heures se promener et à sourire.

Et c’est vrai, cela fait partie du programme ! Mais ça serait oublié l’autre moitié du jeu, celle qui nous emmènera dans un monde sombre et lugubre, dans lequel il faudra se battre avec brio pour ne pas mourir, se confronter à un bon nombre de boss toujours plus impressionnants, ce qui pourra représenter un vrai challenge en mode difficile.

Le niveau technique est incroyable, autant dans le monde ouvert que durant les cinématiques particulièrement époustouflantes !

Avec un réel effort de level design, qui recherche toujours la nouveauté en prenant en compte nos améliorations ainsi que le rythme parfaitement dosé en font l’un des meilleurs jeux de l’année 2021 sans aucun doute !

Seuls quelques petits défauts viennent réduire la note, comme l’absence de VF, des phases de sauts et des contrôles caméra encore un peu perfectibles à de rares occasions. Tout ça englobé dans un scénario qui manque de réelle profondeur.

On en ressort quand même éblouie, éblouie par l’exploit réalisé ici par une petite équipe de seulement 14 personnes, qui viennent de nous montrer que le jeu indépendant est capable de dépasser, et très largement, bon nombre de gros titres du jeu vidéo ! Bravo.

Le test :

Partager le test :

Habitué depuis 2009 à de l’animation de personnages ou à la réalisation de courts-métrages magnifiques, Ember Lab se lance à la conquête du jeu vidéo. !

Propulsé sur le devant de la scène par Playstation, cette exclusivité temporaire arrive sur PS5, PS4 et PC, avec il faut le dire : beaucoup d’attentes de la part des joueurs.

Un exercice risqué donc, que Kena devra surmonter. Pour ça, elle pourra compter sur son bâton, ses techniques de combat, mais surtout sur un grand nombre de petits familiers particulièrement mignons appelés : les Rots

Kena Bridge of Spirits va-t-il réussir son entrée dans le milieu du jeu vidéo, ou décevoir le plus grand nombre à cause d’attentes trop hautes.

La réponse dans ce test

Ce test est sans spoil sur le scénario, mais il est impossible de donner un avis complet sans évoquer certains passages du jeu, soyez en conscient.

La première chose que j’aimerais évoquer, est que Kena n’est pas seulement un jeu beau et rempli de créatures mignonnes. C’est effectivement un des points majeurs du jeu, mais il ne faut surtout pas s’arrêter là.

Bien au contraire, le jeu possède un deuxième côté bien plus sérieux et rempli lui, de créatures sombres et peu hospitalières. Nous détaillerons ça un peu plus tard !

Reprenons depuis le début, vous commencez dans la peau de Kena, une jeune femme qui joue le rôle de guide pour les esprits, très vite, vous apprendrez à vous servir de votre bâton, et des bases de magie que vous possédez.

Notamment une impulsion, qui vous sera utile tout au long du jeu, pour activer des gemmes, ouvrir des portes, ou encore purifier des zones.

Car effectivement, vous ne tarderez pas à découvrir le deuxième côté du jeu : la corruption.

Une grande partie de l’univers de Kena est rongé par un mal, qui enlève couleurs et âmes au monde des esprits.

C’est donc avec grand plaisir que nous verront les zones se transformer, dans de superbes transitions en temps réel, vous verrez la couleur revenir, la végétation repousser, et la vie reprendre.

Un aspect qui avait été particulièrement mis en avant dans de superbes trailers. L’aspect final dans le jeu, et différents, mais tout à fait au niveau.

C’est donc là que commence votre but, comprendre pourquoi cela arrive, et comment résoudre le problème en rétablissant l’équilibre. 

Si le scénario n’est pas très profond, mais il a le mérite d’être riche en émotions, au travers des nombreuses rencontres avec les personnages, préparez-vous à ressentir de l’amitié, de la tristesse et bien entendu du bonheur.

C’est seulement après la moitié du jeu que les choses s’accélèrent et que l’on trouve un peu plus d’intérêt dans l’histoire, qui manquait jusque-là d’un peu d’enjeu.

Sans aller chercher des situations très complexes non plus.

Il est globalement fait à base de « il faut réunir les 3 reliques pour passer à la suite ».

Et les quelques PNJ qui feront partie du jeu, resteront, à l’image d’un Zelda, particulièrement immobile.

Ne comptez pas sur eux pour vous aider, mais plus pour vous regarder fixement tout faire.

Mais cette légèreté d’écriture est très vite balayée par l’incroyable réalisation des nombreuses cinématiques du jeu, là où Ember Lab montre très clairement son savoir-faire et son expérience dans l’animation. 

Le travail des lumières, des particules, du vent et de tout le reste est remarquable ! L’intensité de toutes les séquences sans exception : nous laisse sans voix.

Un léger manque de fluidité sur ces dernières viendra un peu choquer face à la parfaite fluidité du jeu, même sur PS5.

On ne pourra pas non plus passer à côté des animations faciales des personnages qui sont d’une justesse et d’un réalisme encore jamais vu !

Dans les sourires, les hésitations. Dans les regards ou les silences : c’est parfait !

Un point cependant important à mentionner et qui pourra en freiner plus d’un : l’absence de VF.

C’est donc en sous-titres et en version originale qu’il faudra profiter de Kena.

Un problème récurrent pour les petites productions indépendantes, avec un peu de chance, peut-être que ça finira par arriver.

En dehors des cinématiques, vous aurez à parcourir et à explorer le monde de Kena Bridge of Spirit. Il se partage en 3 zones : le village, la forêt et la plaine.

La montagne fait également acte de présence, mais pour une toute petite partie du jeu, elle n’est pas vraiment une zone.

La plaine et la forêt sont les deux zones principales de l’histoire du jeu, vous irez en fonction des quêtes que vous propose le jeu, mais vous pourrez y revenir comme bon vous semble, à n’importe quel moment, et même après la fin du jeu pour le 100%.

Le village lui, est le point central du jeu. Ici, vous rencontrerez les personnages les plus importants, et vous y reviendrez plusieurs fois.

Cet endroit est aussi est rongé par le mal qui hante le monde de Kena, et vous le verrez revenir à la vie au fur et à mesure de votre aventure.

Cependant, n’attendez pas à voir un village plein de vie, avec des villageois ect …

Non, vous êtes dans le monde des esprits et vous ne verrez que ça.

Certaines maisons peuvent être ouvertes grâce à des courriers : des objets à trouver dans le monde, et à ramener à la bonne maison.

Les esprits vous remercieront avec des récompenses, avant de partir. Rien de plus.

On prendra tout de même un grand plaisir à explorer chaque recoin du jeu, pour trouver tous les souvenirs afin de restaurer le village à 100%

Ce n’est pas la seule chose que vous aurez à trouver dans Kena, le jeu regorge de petits objets ici et là.

La plupart des objets sont des éléments esthétiques pour les Rots, petite créature formidable et à mourir de mignonitude !

Que vous devrez eux aussi trouver en quantité ! Parfois caché, parfois bloqué, c’est toujours amusant d’agrandir son équipe.

Il y aura également beaucoup de coffres, dont certains vous demanderont une phase de combat pour être ouverts, ou encore simplement cachés dans le monde, des fois après une courte énigme.

Chaque Rot obtenu, viendra s’ajouter à vos rangs, et vous suivra tout le long du reste de votre aventure. Oui, vous pourrez avoir plus de 50 petites boules noires derrière vous, sans aucun problème.

Vous pourrez même prendre plusieurs minutes à leur ajouter des chapeaux en fonction de ceux que vous avez trouvé. Et ainsi, créer l’équipe qui vous ressemble.

Aucune micro-transaction dans le viseur, c’est juste pour le plaisir et directement dans le jeu, un exemple à suivre !

Ces rots vous seront également utiles, lors des combats : vous pourrez les envoyer sur les ennemis pour les distraire, ils pourront vous ramener du soin.

Car du soin, vous risquez d’en avoir besoin !

Effectivement, sous ses aires de jeu mignon et coloré, se cache enfaîte un beau petit challenge. Très vite vous ferrez la rencontre d’ennemis, qui ne feront que grossir et s’intensifier !

Au départ quelques petits squelettes de votre taille, et de plus en plus : de gros colosses de pierre et de feu.

Vous aurez à vous battre dans Kena ! Parfois même plus qu’autre chose, c’est un des points majeurs du jeu ! Et il vous sera demandé de maîtriser le combat, sous peine de vite déchanter.

Plusieurs modes de difficulté sont présents dans le jeu, du mode facile, jusqu’au mode difficile appelé : maître.

Ce dernier n’étant pas disponible dès le début, vous devez déjà terminer une première fois le jeu.

D’ailleurs, finir le jeu en mode maître fait partie des nombreux trophées du jeu, alors entraînez-vous bien !

Le système de combat n’a pas été pensé à la légère, et le gameplay est particulièrement réussi avec tout un tas de possibilités que vous allez débloquer au fur et à mesure.

Un système d’attaque légère ou lourde, un bouclier et une parade parfaite si vous le déclenchez à temps, mais aussi une esquive qu’il vous faudra souvent utiliser.

L’arc qui vous sera particulièrement utile pour toucher les nombreux points faibles des boss, souvent brillants en jaune ou en violet.

Mais aussi d’autres pouvoirs que vous débloquerez comme un dash, ou une bombe.

De quoi faire, et les modes de difficulté supérieurs offriront un vrai challenge aux joueurs qui cherche plus qu’un petit jeu mignon. Avec de vrais patterns et un vrai timing à trouver pour certains boss.

Pour revenir sur les ennemis, une grande variété d’entre eux arriveront au fur et à mesure de l’aventure, et vous affronterez beaucoup de boss unique.

Vous progresserez avec de nouvelles possibilités, le jeu en fera de même.

Jusqu’à arriver des combats vraiment très impressionnants ! On aurait jamais imaginé voir dans ce petit Kena, qui au niveau des combats : à tout d’un grand !

Et ce n’est pas le seul point ou Kena rivalise très franchement avec les gros titres du jeu vidéo !

Une bande-son absolument géniale viendra vous accompagner à chaque seconde de cette aventure.

Avec des musiques parfaitement choisies pour l’ambiance et la situation avec de parfaites transitions.

Vous verrez donc la joyeuse musique des zones colorées, commencer à s’étouffer petit à petit, au fur et à mesure que vous approchez une zone corrompue, pour totalement disparaître et laisser place à une musique inquiétante. 

Un sound-design merveilleux, dans le jeu comme dans les cinématiques.

Dernière phase de complet : la plate-forme, c’est peut-être un point un peu plus hasardeux ici, les phases de grimpe elles, sont très réussit, avec une petite inspiration à la Tomb Raider lors de passage escarpé ou le long du falaise.

Les sauts, eux, parfois un peu hésitant. Le double saut pourra souvent vous sauvez la mise mais pas tout le temps, ou même avec votre plus grande volonté et votre meilleur double saut, vous finirez par passer à côté et finir dans le vide.

Ces quelques passages sont à noter, mais ne sont très clairement pas majoritaires.

Un gameplay donc très bien travaillé et réussi dans la quasi-totalité des cas. En plus d’être efficace.

Ember Lab a parfaitement compris le milieu dans lequel il arrivait, en offrant une progression constante au joueur.

En plus des combats qui s’intensifieront par vos attaques et celles que de vos ennemis, le gameplay d’exploration, lui aussi sera amené à évoluer.

Au début, vous serez face à tout un tas de zones dans lesquelles vous ne pourrez pas allez, c’est seulement après avoir débloqué votre arc, mais surtout les bombes que vous pourrez aller partout.

Les bombes, offres une vraie différence de gameplay, puisqu’elles ne sont pas de simples bombes. Elles peuvent détruire des rochers pour les faire se positionner en l’air pendant quelques secondes. 

Grâce à cette nouvelle mécanique, c’est de très nombreuses plate-formes s’offriront à vous, pour pouvoir enfin accédez à tous les petits recoins.

Un vrai effort de level-design a été effectué sur ce point. Ce ne sont pas de simples et bêtes cailloux qui se lèvent pour vous laisser passer, mais une vraie proposition de réflexion sur un nouveau chemin, que vous aurez parfois à modifier pour continuer votre route.

Encore une fois exemplaire, toute au long du jeu, on découvre des nouveautés et le jeu ne cesse de nous surprendre et de nous étonner.

Que de bonnes heures passées à explorer la forêt en essayent de trouver la solution à une énigme avec notre arc ou grâce aux Rots. 

Une immersion renforcée par la quasi-inexistence des HUD à l’écran, le jeu, à l’image d’un Ghost Of Tsuhsima vous laisse admirer le monde de Kena.

Il reprendra même à quelques occasions, le concept du vent directeur pour vous montrer l’endroit où vous devez aller.

Ce qui sera bien utile, car dans Kena Bridge of Spirits, il vaut mieux avoir le sens de l’orientation, sous peine de devoir ouvrir la carte très régulièrement pour vérifier qu’on est sur le bon chemin (et souvent, on fait demi-tour…) alors le vent n’est pas de refus.

Quelques indications très bien intégrées seront là pour vous guider. 

Des inscriptions qui ressemblent à des gravures dans la roche ou sûr un arbre, marquent de façon plus ou moins claire une flèche ou une indication sur le chemin à suivre, mais toujours de façon subtile et intelligente.

Seule la caméra viendra parfois vous empêcher d’effectuer parfaitement ce que vous voulez, soit dans le contrôle des Rots, soit dans les combats malgré le verrouillage possible des ennemis, rien de bien méchant.

Certains endroits vous demanderont pas mal de réflexion également, certaines énigmes, même liées à l’histoire, manque de clarté, et certains passages mérite une petite médaille une fois devinée. 

La durée de vie du titre est satisfaisante, oui Kena Bridge of Spirits est un petit jeu.

14 personnes, c’est la totalité des membres du studio Ember Lab !

14 personnes ont réussi à offrir une aventure d’un niveau technique digne – ou presque – d’un AAA, c’est remarquable.

Et effectivement, il ne vous faudra que 10 heures tout au plus pour venir au bout de la quête principale.

10 heures durant lesquelles aucune trace d’ennui ne fera son apparition, et autant d’heures d’étonnement, d’émotion et de surprise, j’applaudis encore pendant que j’écris ce test.

Ces quelques heures auxquelles vous pourrez en ajouter beaucoup d’autres pour l’obtention du 100% et des nombreux trophées du jeu.

Ces objectifs vous demanderont de récupérer la totalité des objets présents dans le monde, mais également de faire pas mal d’actions au combat, ou encore finir le jeu dans le plus haut mode de difficulté.

Ce qui vous assure entre 20 et 30 heures pour connaître Kena sur le bout des doigts. Et ça vaut le coup!

Note et conclusion

Kena Bridge Of Spirits est une aventure à ne surtout pas manquer ! Ember Lab fait une entrée triomphale dans le domaine du jeu vidéo, en offrant une aventure narrative d’exception, mais surtout un jeu complet et très bien pensé.

À première vue, Kena ressemble à un petit jeu, rempli de créatures mignonnes appelée   « Rot », dans lequel on peut passer des heures se promener et à sourire.

Et c’est vrai, cela fait partie du programme ! Mais ça serait oublié l’autre moitié du jeu, celle qui nous emmènera dans un monde sombre et lugubre, dans lequel il faudra se battre avec brio pour ne pas mourir, se confronter à un bon nombre de boss toujours plus impressionnants, ce qui pourra représenter un vrai challenge en mode difficile.

Le niveau technique est incroyable, autant dans le monde ouvert que durant les cinématiques particulièrement époustouflantes !

Avec un réel effort de level design, qui recherche toujours la nouveauté en prenant en compte nos améliorations ainsi que le rythme parfaitement dosé en font l’un des meilleurs jeux de l’année 2021 sans aucun doute !

Seuls quelques petits défauts viennent réduire la note, comme l’absence de VF, des phases de sauts et des contrôles caméra encore un peu perfectibles à de rares occasions. Tout ça englobé dans un scénario qui manque de réelle profondeur.

On en ressort quand même éblouie, éblouie par l’exploit réalisé ici par une petite équipe de seulement 14 personnes, qui viennent de nous montrer que le jeu indépendant est capable de dépasser, et très largement, bon nombre de gros titres du jeu vidéo ! Bravo.

snir

18/20

L'avis de SNIR

Partager le test :

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires